Spam et courrier indésirable

Si il y bien une chose que tout le monde déteste, c'est de recevoir des messages non sollicités. À ce sujet il ne faut pas confondre spam et message publicitaire, car même si les deux notions sont très proches, il existe une différence profonde de nature entre ces deux types de messages qui pourrissent vos comptes mail.

Qu'est ce que le SPAM ?

Le spamming ou spam est l'envoi massif, et parfois répété, de courriers électroniques non sollicités, à des personnes avec lesquelles l'expéditeur n'a jamais eu de contact et dont il a capté l'adresse électronique de façon irrégulière.

Le plus souvent ces messages n'ont pas d'adresse valide d'expédition ou d'adresse de réponse (reply to). Il est impossible de se désinscrire de la liste d'envoi car il n'y a pas de lien de désinscription et l'adresse de désinscription est inexistante ou invalide.

Origine du mot SPAM

Le mot spam provient d'un sketch des Monty Python dans lequel le même mot, désignant un jambon en boîte de basse qualité, envahit la conversation et le menu d'un petit restaurant. SPAM est la contraction de SPiced hAM (jambon épicé) et est une marque créée et déposée par Hormel Foods en 1937. Ce sketch parodiait d'ailleurs une des premières formes de spam. En effet, c'est une publicité radiophonique pour SPAM, pendant laquelle la marque était répétée de nombreuses fois, qui est à l'origine du sketch des Monty Python.

spam

spam monty python video

Ne confondez pas SPAM et ...

Message publicitaire

L'envoi de messages par un organisme qui a procédé à une collecte loyale des adresses électroniques est autorisé, c'est-à-dire lorsque les internautes ont été informés, lors de la collecte de leur adresse électronique, de l'utilisation de leur adresse à des fins notamment commerciales ou de sa cession à des tiers à de telles fins et qu'ils ont été mis en mesure d'accepter ou de s'y opposer par un moyen simple telle une case à cocher ou l'envoi d'un courrier électronique ou postal.

Lettre d'information

Une lettre d'information est un message envoyé à partir d'un site sur lequel l'internaute s'est préalablement inscrit.

Le filtrage du courrier indésirable

Attention, les messages que vous envoyez sont aussi concernés !

Si le filtrage anti-spam est reconnu pour réduire le nombre de courriers indésirables dans nos boîtes de réception, on s’intéresse beaucoup moins à la façon dont nos propres messages peuvent être traités par les différents systèmes de filtrage. Pourtant, les messages que vous envoyez sont analysés de la même manière que les autres et peuvent être facilement considérés comme courriers indésirables. Pour éviter que vos messages n'atterrissent dans le dossier des indésirables de vos correspondants, il est important de comprendre le fonctionnement des filtres anti-spam.

Comment ne pas être classé en spam ?

1) Le consentement du destinataire

C'est un point essentiel ! Si le destinataire ne consent pas à recevoir votre message, il aura toujours la possibilité de marquer le message indésirable et de le dénoncer comme spam à son fournisseur de service mail. Les conséquences peuvent être lourdes. En effet, il suffit par exemple que quelques utilisateurs Yahoo dénoncent votre message pour que tous vos messages soient bloqués par Orange. Vous serez alors dans l'impossibilité d'envoyer des messages vers les adresses yahoo.fr et yahoo.com. Il peut en être de même pour Orange, Microsoft qui gère les domaines live.fr, outlook.fr, hotmail.fr, etc.

Autant vous prévenir qu'une procédure de "délistage" est longue et compliquée, notamment chez Orange, Microsoft, Yahoo et GMail. Mieux vaut donc tout faire pour éviter ce cas de figure.

Si vous envoyez régulièrement des newsletters, vous gérez donc une liste de destinataires. Même s’il s’agit de vos clients, ne leur envoyez pas de messages promotionnels sans leur consentement. Séparez votre liste de contacts de celle des actions marketing que vous allez mettre en œuvre.

2) Le taux de rebond

Les «bounces» (rebonds) sont des messages d’erreur ou d’échec envoyés par le serveur du domaine destinataire d'un message au serveur de messagerie émetteur de la campagne d’e-mailing. Par exemple, lorsqu'une des adresses de votre liste n'existe plus, vous recevez un message d'erreur indiquant "Mailbox does not exists" (la boîte mail n'existe pas). Vos listes doivent être de bonne qualité afin de générer le moins de rebonds possible. Certains fournisseurs sont sensibles à ce paramètre et peuvent bloquer votre adresse IP simplement en détectant que vous avez tenté d'envoyer votre message à un nombre trop important d'adresses invalides.

La méthode pour maintenir une liste à jour consiste à définir une adresse de rebond (celle qui recevra les messages d'erreur) et de mettre en place un système d'analyse automatisé des rebonds. Chaque adresse signalée comme définitivement invalide (hard bounce) sera alors automatiquement supprimée de la liste d'abonnés. Ce travail peut être fait manuellement mais devient vite très fastidieux et chronophage lorsque les listes atteignent plusieurs centaines d’inscrits.

Une liste de bonne qualité ne doit pas dépasser un taux de rebond de 5%. N’utilisez pas de listes achetées qui feront à coup sûr exploser le taux de rebond. C'est une perte d’argent et de temps.

3) Le contenu du message : adaptation des techniques rédactionnelles

La nature et la forme du contenu de votre message sont primordiales. Il faut s'y intéresser même lorsqu'il s'agit d'envoyer un message unique à un seul destinataire. Les anti-spams utilisent un système de points, le «spam score», pour évaluer la qualité du contenu de votre message. Un spam score nul correspond à message sain (non spam). Si votre message obtient un spam score de 5 ou plus, il aura de grandes chances d'atterrir dans les indésirables. Voici quelques règles simples à respecter :

  • N'oubliez pas de définir l'objet du message. Les messages sans objets sont souvent filtrés par les anti-spams.
  • N'écrivez ni votre objet, ni votre message complètement en lettres majuscules. D'autant plus que c'est affreux et impoli, l'écriture en majuscules étant considérée comme l'équivalent du cri.
  • Veillez à équilibrer la surface du texte et celle des images. Attention, les anti-spams considèrent la taille réelle des images. Rien ne sert de simplement réduire l'image en apparence (avec la poignée). Il faut traiter votre image préalablement avec un logiciel de traitement. Évitez par exemple d'inclure dans votre signature un logo de société qui n'aurait pas été d'abord optimisé.
  • Vérifiez les liens. Un lien erroné (vers une page non trouvée) peut faire grimper le spam score.
  • Éviter d'utiliser des termes ou des phrases qui sont habituellement rencontrés dans les messages de spam. L’utilisation de ces mots est à surveiller aussi bien pour le corps du message que pour son objet. On peut ainsi éviter d’utiliser des mots ou caractères fréquemment utilisés par les spammeurs, comme, par exemple, le mot "gratuit", des symboles monétaires ou des points d’exclamation. La présence de ce type de mots ou de caractères augmente encore le spam score s'ils sont répétés et en majuscules. Des mentions de type "cliquez ici" peuvent également impacter le score lorsqu’elles sont trop répétées ou en majuscules. Le mot "Viagra" est probablement un des mots augmentant le plus un spam score.
  • Désactivez la signature des messages par votre antivirus. De nombreux antivirus ajoutent une signature aux messages sains sortants. C'est un comble mais cette signature est généralement peu appréciée par les anti-spam. C'est le cas par exemple de Avast Antivirus.
    Voici la procédure pour désactiver cette option activée par défaut sur Avast :
    Ouvrir Avast, aller dans "Paramètres", puis "Protections actives", puis "agent mail" (petit engrenage), puis "autres paramètres", et décocher la case "Ajouter une note dans les messages sains (sortant)".

Enfin le message doit être correctement codé (en html) et adapté pour un affichage sur téléphone mobile. Pour les messages courants, la simplicité est souvent la solution à tous les problèmes et une signature au format texte n'est pas moins efficace qu'une signature composée d'images et d'artifices divers.

Dans le cas d'une newsletter ou d'une campagne marketing, mieux vaut faire appel à un professionnel pour la rédaction, le contrôle et l'envoi de vos messages.

4) Les facteurs techniques : identification de l'expéditeur

Sans rentrer dans les détails, plusieurs facteurs techniques peuvent conduire au filtrage de vos messages par les serveurs de vos destinataires.
Il est donc important de vérifier que, d'une part, votre fournisseur a pris soin de configurer correctement le serveur de messagerie et que d'autre part votre logiciel de messagerie est bien paramétré.

Les listes noires

Nous avons évoqué précédemment les "blacklists". Les listes noires recensent les adresses IP des serveurs de messagerie des spammeurs. Si l'adresse de votre serveur de messagerie s'y trouve inscrite, vos messages seront systématiquement refusés par tous les serveurs destinataires qui utilisent ces listes pour filtrer les messages spam.

La signature DKIM

DKIM est l'acronyme de "Domain Keys Identified Mail". Il s’agit d’une méthode d’authentification de cryptage utilisée par de nombreux fournisseurs de services (dont Sensomedia) pour savoir si le message provient d’un système autorisé. Il empêche ainsi les spammeurs de se faire passer pour des entités légitimes.

Les règles SPF

Sender Policy Framework (SPF) est une norme de vérification du nom de domaine de l'expéditeur d'un courrier électronique. Elle permet, comme DKIM, d'identifier l’expéditeur et d'éviter l'usurpation d'identité (un message qui serait envoyé en votre nom) en définissant au niveau DNS la liste des serveurs autorisés à envoyer du courrier pour le domaine.

Bien configurer son logiciel de messagerie

Même si ces méthodes d'identification sont bien mises en place par votre fournisseur, il se pourrait que vous n'ayez pas correctement configuré votre logiciel de messagerie. Vérifiez notamment que vous utilisez bien un serveur d'envoi (SMTP) qui est autorisé par votre domaine par les règles SPF.

Testez l'indésirabilité de vos e-mails

Toutes ces notions peuvent encore vous sembler complexes. Fort heureusement des outils simples permettent de faire un diagnostique complet de vos messages. Nous allons voir maintenant comment utiliser le testeur www.mail-tester.com.

mail tester

À l'arrivée sur le site www.mail-tester.com une adresse e-mail unique est générée. Copiez cette adresse puis ouvrez votre logiciel de messagerie. Créez un nouveau message simple, par exemple, ayant pour objet "test" et comme contenu "Bonjour". Collez l'adresse dans le champ du destinataire (À) et envoyez le message. Retournez ensuite sur la page mail-tester.com et cliquez sur le bouton bleu "Ensuite, vérifiez votre score". Au bout de quelques secondes le testeur attribuera un score. Idéalement, ce score doit être égal à 10/10. Si ce n'est pas le cas, lisez les détails pour déterminer les problèmes à régler. Dans tous les cas, votre fournisseur doit être capable de répondre à toute problématique, n'hésitez pas à le contacter.

Comparaison Orange vs Sensomedia

Il ne s'agit pas ici de publicité comparative. Orange est un fournisseur d'accès grand public alors que Sensomedia fournit des solutions professionnelles. Il s'agit justement de comprendre la différence qu'il peut y avoir entre un service grand public et un service professionnel.
Ne nous leurrons pas, tous les fournisseurs de services professionnels ne se valent pas, il faut tester...

Le test a été effectué dans des conditions strictement identiques : Connexion Orange; Logiciel de messagerie Mozilla Thunderbird; Objet du message "test"; Corps du message "Bonjour".

Compte mail Orange

mail tester orange

Problèmes détectés

[SPF] orange.fr n'autorise pas votre serveur 80.12.242.125 à utiliser xxx @orange.fr
Un comble puisque l'adresse 80.12.242.125 est bien un serveur de Orange.

Votre message n'est pas signé avec DKIM
Dommage...

Votre serveur est enregistré sur 5 listes noires (blacklist)
Rien d'étonnant quand on imagine le nombre d'abonnés Orange qui pratiquent le spamming.

Compte mail Sensomedia

mail tester sensomedia

Problèmes détectés

Aucun.

Mais cela ne signifie pas pour autant que votre message ne sera pas filtré car les anti-spam fonctionnent tous différemment.

Le filtrage peut également dépendre des préférences de l'utilisateur (destinataire). Un anti-spam s'éduque... et il arrive qu'il soit mal éduqué.

Conclusion

Si vous avez lu jusqu'au bout cet article, vous êtes sans doute désormais conscient que le protocole mail n'est pas si simple qu'il ne paraît. La mise en œuvre de moyens techniques permettant une identification parfaite de l'expéditeur n'est pas à la portée du plus commun des mortels. La plupart des agences web s'appuient sur des solutions mutualisées prêtes à l'emploi mais imparfaites, fournies par des sous-traitant tels que OVH ou 1and1. Sensomedia souhaite quant à elle, et malgré une concurrence souvent peu scrupuleuse, continuer de proposer des services de haute qualité en choisissant d'héberger les sites web et les comptes mail de ses clients sur des serveurs dédiés hautement performants et configurés sur mesure par ses soins.

N'hésitez pas à commenter cet article.

Mots-clés: mail, courrier électronique, spam, antispam

Derniers tweets

    sensomedia

    Résidence Isola Céleste, Boulevard Pierre Pasquini
    20220 L'Ile Rousse, Haute-Corse, France

     04 95 38 49 87
     contact@sensomedia.com

    Joomla Certified Administrator

    Réalisations récentes

    Derniers articles

    Comment bien gérer ses mots de passe

    Cauet en Corse avec Sandy Events

    Maîtrisez votre e-réputation